Tag Archives: origine chinoise

Astrologie chinoise et tibétaine similarités et différences ?

L’astrologie chinoise est à l’origine d’un des systèmes de base de l’astrologie tibétaine que l’on appelle : « Djoungtsi » ou astrologie des éléments, ou parfois encore « Nagtsi » ou astrologie noir qui viendrait du nom tibétain Gya Nag qui signifie « étendue noire », c’est ainsi que les tibétains nomment la chine.

Mais quelle origine retenir : politique, historique ou légendaire ?
Toutefois, ce point de vue sur l’origine de l’astrologie « Djoungtsi » est contredit par un certain nombre d’astrologue et historien tibétain, tel que Thubten Puntsok qui relève un certain nombre d’incohérences, qui semblent clairement prouver qu’il y ait eu des échanges précoces entre les deux systèmes. Par exemple, des textes d’origine Bön, antérieurs à l’arrivée historique de l’astrologie chinoise, donne des explications sur l’origine du système de numérologie tibétaine des « Méwas » qui  n’existent pas en chine. De manière plus générale, dans presque tous les systèmes d’astrologie du monde entier, les jours de la semaine sont associés à la même planète. Le lundi à la lune, le mardi à mars, le mercredi à mercure, etc.. Cette observation démontre une origine commune qui est  antérieure aux traces historiques, et laisse supposer qu’il y ait eu des échanges précoces entre les deux systèmes. D’autre part, il existe aussi une origine légendaire,   attribuée à Manjushri. Il est difficile de répondre avec certitude à la question de l’origine, tant les sources se contredisent l’une et l’autre.

Les similarités des deux systèmes
Dans les deux systèmes, on y trouve l’usage du cycle de soixante ans, de douze ans, des cinq éléments, des neuf Méwas ou carré magique et des huit Parkhas ou trigramme du Zi-King. Pour l’ensemble de ces notions de bases, le symbolisme est pratiquement identique (attention toutefois à l’adaptation moderne de l’astrologie chinoise). Toutefois, on peut observer des petites différences telles que le nom des animaux, les chinois parle du « coq » alors que les tibétains parlent de « l’oiseau », etc.

Les lois de l’univers contenus dans le symbolisme des éléments de base d’origine chinoise ou tibétaine sont identiques, mais la manière de les utiliser sont différente.

Les différences du système tibétain
La déférence vient surtout du fait que l’ensemble des systèmes d’origine chinoise ont été liés, dans l’astrologie tibétaine, à des conceptions autochtones anciennes de type chamanique, Bön ou Bouddhiste, ainsi l’astrologie chinoise s’est développée et diversifiée au Tibet. Un des exemples de développement est le système de la prise de pouls. La rencontre des sciences de l’astrologie et de la médecine tibétaine a donnée naissance au système  des 7 pouls merveilleux, qui permettent d’effectuer en quelque sorte des divinations à l’aide de la prise de pouls, ainsi ce système permet par exemple en prenant le pouls d’une femme enceinte, de connaître le sexe de l’enfant, etc.  D’autre systèmes se sont ajoutés au système chinois, tel que les 5 forces de vie, qui n’existe pas dans le système chinois et qui provient des anciennes connaissances du chamanisme tibétain. Une autre influence aura été également la religion bouddhiste, qui a intégré la philosophie des douze liens de l’interdépendance dans le système d’astrologie tibétaine.

En résumé, toutes les notions de base du système chinois ont été intégrées dans le système de base de l’astrologie des éléments tibétaines. et la culture tibétaine a combiné avec ce système d’autres sciences de divination d’origine tibétaine et indienne.

L’horoscope des 47 obstacles annuels de « Darmashri », confronte par exemple un grand nombre de ces systèmes pour obtenir un résultat final. Un natif du Dragon rencontrera cette année son propre ennemi, ceci correspond au système de base chinois. Le résultat la comparaison de l’animal de naissance et de l’animal de l’année en cours, donnera lieu à un caillou noir comme résultat symbolisé par une (x), mais, pour la même année, le système des « Dargou » (Système des 12 liens de l’interdépendance) peut très bien donner un caillou blanc symbolisé par (O). Dans ce cas le résultat est neutre (XO), mais il faudra comparer ainsi l’ensemble des systèmes pour obtenir un résultat fiable qui respecte la tradition. C’est ici un exemple simplifié pour faire comprendre la différence.

Les deux systèmes ont une origine commune, mais ne sont pas utilisés de la même manière et surtout se sont développés différemment, est ont des buts différents. Le système tibétain à pour but de soulager la souffrance et de guider les êtres vers l’illumination spirituelle.

1 Comment